Coronavirus : le retour de la mortalité extraordinaire

par Guillaume Cuchet

Texte publié dans la rubrique « Champs libres » du Figaro, édition des 11-12 avril 2020 sous le titre « Le virus, ou la mort imprévisible que nous avions oubliée »

L’histoire des attitudes devant la mort est, à bien des égards, une dérivée des conditions générales de la mortalité. Les démographes distinguent habituellement la mortalité ordinaire de l’extraordinaire, l’une et l’autre porteuses de formes de stress spécifiques qui ne se recouvrent pas complètement. Or elles ont toutes deux connu à l’époque contemporaine de profondes évolutions, et l’angoisse qu’elles génèrent avec. Il y a là, je crois, un élément d’appréciation important pour comprendre la réaction actuelle face à la pandémie de coronavirus, comme on va tâcher de s’en expliquer brièvement.

Lire la suite

Public Uses of Human Remains and Relics in History

Silvia Cavicchioli, Luigi Provero (éd.), Public Uses of Human Remains and Relics in History, New-York & Londres, Routledge, 2020.

Le thème principal de cet ouvrage est l’importance de l’usage public des restes humains dans une perspective historique. Le livre présente une série d’étude de cas qui visent à offrir des réflexions historiographiques et méthodologiques, et à fournir des approches interprétatives mettant en lumière la manière dont, au cours des âges et suivant une succession de pratiques et usages complexes, les restes humains ont été investis d’une pluralité de significations. Couvrant une période allant de la fin de l’Antiquité au temps présent, les contributions sont le résultat combiné d’une recherche pluridisciplinaire portant sur la péninsule italienne, qui n’a jusqu’à présent jamais fait l’objet d’une enquête menée dans une perspective historique de longue durée et multidisciplinaire.

Lire la suite

Entretiens sur l’histoire de la mort (2). Philippe Ariès, Serge Bonnet, Roger Chartier

Émission « Rencontre » sur France Culture, 26 février 1978.
Transcription de Guillaume Guchet


> Voir la première partie de l’entretien
> Télécharger le texte de la seconde émission

Les 19 et 26 février 1978, France Culture a consacré deux émissions successives au livre de Philippe Ariès, L’homme devant la mort, paru l’année précédente aux éditions du Seuil, sous la forme d’entretiens entre Ariès lui-même, son ami le sociologue dominicain Serge Bonnet et l’historien Roger Chartier. Après avoir entraperçu le sujet au sortir de la guerre dans son livre-source Histoire des populations françaises et de leurs attitudes devant la vie (1948), Ariès a commencé à travailler dessus au début des années 1960, à partir de 1963 surtout. Il publie alors deux articles essentiels : « Contribution à l’étude du culte des morts à l’époque contemporaine » dans la Revue des travaux de l’Académie des sciences morales et politiques en 1966 (sur les origines du culte des morts du XIXe siècle dont il montrait qu’elles étaient beaucoup plus récentes qu’on ne l’imaginait), et « La mort inversée. Le changement des attitudes devant la mort dans les sociétés occidentales » dans les Archives européennes de sociologie en 1967, qui allait orienter de façon décisive l’histoire de la mort des années suivantes, tout en réorientant son propre travail (comme il s’en explique très clairement dans ces entretiens). Les deux textes ont été repris, avec d’autres, en 1975 dans ses Essais sur l’histoire de la mort en Occident. La version anglaise du livre avait été publiée aux États-Unis l’année précédente, ce qui n’est pas fréquent dans l’historiographie française mais qui était révélateur de la notoriété acquise par Ariès outre-Atlantique depuis L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime (1960). Suivront L’homme devant la mort en 1977, puis (livre qu’on oublie parfois mais qui a son importance), Images de l’homme devant la mort en octobre 1983. Ariès est mort en février 1984.
Ces échanges, très amicaux et très libres, sont, aujourd’hui encore, d’un grand intérêt, et pas seulement pour des raisons historiographiques. Ils fournissent tout un contexte social, intellectuel, personnel, à l’histoire de la mort des années 1970, mais aussi des aperçus ou des prolongements suggestifs à ce que les trois hommes ont pu écrire sur le sujet et dont on mesure mieux rétrospectivement à quel point ils étaient eux-mêmes (très consciemment) embarqués dans une transition funéraire dont ils tâchaient brillamment de discerner le sens en temps réel sans bien savoir où elle les emmenait.

Patrice Galbeau. Dimanche dernier, Philippe Ariès, le père Serge Bonnet, Roger Chartier nous parlaient de la mort domestiquée, encagée, ritualisée qui fut celle de nos ancêtres. Aujourd’hui, je les ai invités à nouveau pour leur demander de nous dire ce qu’est devenue la mort puisque, manifestement, elle a changé de visage. Les lieux où l’on meurt ne sont plus les mêmes, on ne meurt plus dans un lit, on meurt à l’hôpital, on expédie les morts, on pourrait même dire qu’on escamote la mort au XXe siècle. Pourquoi Philippe Ariès ?

Philippe Ariès. C’est très, très vrai. On meurt dans une espèce d’instrument hospitalier qui monte, qui descend, qui va dans tous les sens. D’ailleurs il y aurait à réfléchir sur le lit. On ne fait plus l’amour dans des lits, du moins chez les jeunes (rire), n’est-ce pas ? Et on ne meurt plus dans un lit. Le lit est en train de disparaître sous sa forme, comment dirais-je, symbolique et monumentale, de notre culture.

Lire la suite

Entretiens sur L’histoire de la mort (1) : Philippe Ariès, Serge Bonnet, Roger Chartier

Émission « Rencontre » sur France Culture, 19 février 1978.
Transcription de Guillaume Guchet


> Télécharger le texte de la première émission

Les 19 et 26 février 1978, France Culture a consacré deux émissions successives au livre de Philippe Ariès, L’homme devant la mort, paru l’année précédente aux éditions du Seuil, sous la forme d’entretiens entre Ariès lui-même, son ami le sociologue dominicain Serge Bonnet et l’historien Roger Chartier. Après avoir entraperçu le sujet au sortir de la guerre dans son livre-source Histoire des populations françaises et de leurs attitudes devant la vie (1948), Ariès a commencé à travailler dessus au début des années 1960, à partir de 1963 surtout. Il publie alors deux articles essentiels : « Contribution à l’étude du culte des morts à l’époque contemporaine » dans la Revue des travaux de l’Académie des sciences morales et politiques en 1966 (sur les origines du culte des morts du XIXe siècle dont il montrait qu’elles étaient beaucoup plus récentes qu’on ne l’imaginait), et « La mort inversée. Le changement des attitudes devant la mort dans les sociétés occidentales » dans les Archives européennes de sociologie en 1967, qui allait orienter de façon décisive l’histoire de la mort des années suivantes, tout en réorientant son propre travail (comme il s’en explique très clairement dans ces entretiens). Les deux textes ont été repris, avec d’autres, en 1975 dans ses Essais sur l’histoire de la mort en Occident. La version anglaise du livre avait été publiée aux États-Unis l’année précédente, ce qui n’est pas fréquent dans l’historiographie française mais qui était révélateur de la notoriété acquise par Ariès outre-Atlantique depuis L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime (1960). Suivront L’homme devant la mort en 1977, puis (livre qu’on oublie parfois mais qui a son importance), Images de l’homme devant la mort en octobre 1983. Ariès est mort en février 1984.
Ces échanges, très amicaux et très libres, sont, aujourd’hui encore, d’un grand intérêt, et pas seulement pour des raisons historiographiques. Ils fournissent tout un contexte social, intellectuel, personnel, à l’histoire de la mort des années 1970, mais aussi des aperçus ou des prolongements suggestifs à ce que les trois hommes ont pu écrire sur le sujet et dont on mesure mieux rétrospectivement à quel point ils étaient eux-mêmes (très consciemment) embarqués dans une transition funéraire dont ils tâchaient brillamment de discerner le sens en temps réel sans bien savoir où elle les emmenait.

Patrice Galbeau. Avant d’aborder le sujet propre de l’émission d’aujourd’hui, je voudrais demander au père Bonnet quelques mots sur Philippe Ariès qui est l’auteur de ce livre : L’homme devant la mort.

Serge Bonnet. Pour parler de lui, j’ai trouvé une citation de Bossuet qui exprime assez bien ce que je pense de Philippe Ariès. Bossuet a dit que saint Augustin a élevé l’esprit aux plus grandes considérations et que saint Jean Chrysostome a ramené l’esprit à la capacité du peuple. Quand on regarde l’ensemble de l’œuvre de Philippe Ariès, on est extraordinairement frappé par le fait qu’il a renouvelé profondément toute une sensibilité historique, qu’il a apporté une nouvelle manière d’aborder des tranches entières de l’histoire et en même temps, chaque fois qu’on ouvre un de ses ouvrages, on est frappé par le fait que n’importe qui peut comprendre et être introduit dans le domaine des historiens. Un deuxième fait qui me frappe beaucoup, c’est qu’il est capable de maîtriser des domaines très différents, qui relèvent à la fois de l’archéologie, de la liturgie, de l’épigraphie. Il domine ces domaines et c’est toujours du Philippe Ariès. C’est jamais un spécialiste qui juxtapose des spécialisations, mais il aboutit à un texte qui est extraordinairement intelligent, qui vous donne l’impression d’être beaucoup plus intelligent quand vous avez fini de lire le livre que quand vous l’avez commencé.

Lire la suite

Transitions funéraires en occident, 3 : Transitions funéraires contemporaines. Savoirs, pratiques, Institutions (XVIIIe-XXIe siècle). Padoue, Università Degli Studi, 2-3 octobre 2019

Troisième rencontre internationale du programme, le colloque de Padoue, après ceux de Créteil en juin 2017 et Rome en septembre 2018, portera sur les deux transitions funéraires dites « contemporaines ». La première, au tournant des XVIIIe et XIXe siècles, a donné naissance à la notion même de transition funéraire et au cimetière moderne, théâtre d’un culte des morts qui fut un des ancrages anthropologiques et culturels les plus répandus et les plus unanimes de l’Europe des XIXe et XXe siècles. La seconde, qui a démarré dans les années 1960 et dans laquelle nous sommes engagés, dont un des aspects les plus saillants (mais non le seul) est le retour ou la réinvention de la crémation en Occident, après 1500 ans d’absence, dans un esprit et selon des procédés bien différents de ses formes antiques ou « orientales ». La rencontre voudrait tenir à part égale sur les deux transitions et réfléchir, dans une perspective comparatiste, à la signification de pareils événements anthropologiques.

Organisateurs : Guillaume Cuchet et Carlotta Sorba

Lieu : Università degli Studi di Padova, Sala Bortolami, Palazzo Joloch Gulinelli, via de Vescovado, 30, Padoue.

Contacts : guillaume.cuchet(at)u-pec.fr ; michele.magri(a)studenti.unipd.it ; secrant(at)efrome.it

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Transizioni-funerarie_Locandina_DEF-354x500.jpg.

Lire la suite…

Funerary Landscapes of the Late Antique oecumene, Heidelberg, 30 mai-1er juin

Funerary Landscapes of the Late Antique Oecumene. Contextualizing Epigraphic and Archeological Evidence of Mortuary Practices

Colloque international, 30 mai-1er juin 2019

Funerary practices and epitaphs are a central research eld of Classical Studies. Especially in times of social, political and religious change, evidence from the tombs and their surroundings is a key factor in our understanding of continuity and transformation processes on multiple cultural levels. Late Antiquity was doubtlessly one of such transitional phases. However, research on burial practices and tomb inscriptions of this period is still very uneven. Although hundreds of necropoleis, coemeterial churches and individual tombs are known across the Late Antique World, a holistic documentation including epigraphic, iconographic, spatial and social analysis, as well as anthropological examination and natural scientic data, is mostly lacking. Through this conference we would like to undertake a start to ll some lacunae on Late Antique funerary research. First, we will try to link as many disciplines as possible in order to draw a more complete picture of sepulchral habits of Late Antiquity as it hitherto has been done. Secondly, we intend to give – for the rst time – a Mediterranean-wide overview on Late Antique funerary landscapes, not only examining global trends, but also local and regional habits. Thirdly, we want to illustrate the potential of new contextual approaches; questions on the materiality and design of epitaphs and tombs, their visibility, perception and accessibility will be central guidelines of our conference.


Colloque organisé avec le soutien de la DFG et de la Hochschule für Jüdische Studien de Heidelberg.

Lire la suite

Compte Rendu de Th. Laqueur, Le travail des morts. Une histoire culturelle des dépouilles mortelles, Paris, 2018.

par Guillaume Cuchet

L’histoire de la mort, dont on sait qu’elle fut très largement au départ une invention française, était très à la mode dans les années 1970, où elle apparaissait comme un secteur en pointe de l’histoire dite « des mentalités ». La vogue est retombée assez brutalement vers 1983-1984 mais la recherche s’est poursuivie plus discrètement, en France et à l’étranger, en même temps que les sociétés occidentales entraient, dans ce domaine, dans un cycle de transformations profondes marqué par la diffusion des soins palliatifs, la thanatopraxie, les testaments-obsèques, la crémation, etc. Il semblerait que, depuis quelque temps, l’intérêt pour ces questions se soit réveillé, comme en témoignent la publication puis la traduction en français, chez un éditeur prestigieux, de ce livre dont l’idée remonte, nous dit-on, à 1983, c’est-à-dire à la première vague des travaux sur le sujet.

Lire la suite

Un siècle de sites funéraires de la Grande guerre

Anette Becker, Stéphane Tison (dir.), Un siècle de sites funéraires de la Grande guerre, Paris, Presses universitaires de Paris Nanterre, 2018. 

Les pertes inouïes de la Grande Guerre ont entraîné la généralisation de pratiques embryonnaires auparavant : individualisation des sépultures, construction de monuments commémoratifs, multiplication des rites. Des chercheurs de nombreux pays étudient les traces de cette rupture majeure, encore largement visible dans les paysages. Tombes, cénotaphes, nécropoles, monuments et mémoriaux en représentent le témoignage matériel et culturel. Anthropologues, historiens, archéologues, spécialistes du tourisme de mémoire, retracent comment a été remémorée ce que l’on croyait être la vision du monde des disparus, du sacrifice au pacifisme. La comparaison internationale et diachronique, de la seconde guerre mondiale au génocide du Rwanda, donne toute leur importance à ces sites, au moment où ceux du front occidental belge et français sont candidats à entrer au patrimoine mondial de l’UNESCO. Ces témoins des consciences traversées par le malheur des guerres sont l’espoir de la
réconciliation humaniste.

Lire la suite

Reliquie religiose, reliquie laiche, resti umani: simboli di identità collettive; strumenti di potere; patrimonio culturale, memoriale e scientifico

Programme de recherches placé sous la direction de Silvia Cavicchioli (Università di Torino), au sein du dipartimento di Studi Storici de l’Università di Torino.

L’étude des pratiques liées au corps, entendu comme corps mort, et des nombreuses implications qui lui sont liées, continue de susciter l’attention de la part de la communauté scientifique. C’est ce que démontre le débat théorique actuel et les positions antagonistes sur les façons de voir les restes humains dans nos sociétés : leur signification change quand ce sont des communautés religieuses ou des communautés scientifiques qui en parlent, ou encore des anthropologues, des archéologues ou des historiens.

Lire la suite

Parution : Th. Laqueur, Le travail des morts. Une histoire culturelle des dépouilles mortelles

Voilà presque 2 500 ans, Diogène demandait à ses disciples qu’à sa mort ils jettent son corps par-dessus le mur, où il serait dévoré par des bêtes sauvages. Quelle importance puisqu’il aurait quitté ce monde? Pourtant Diogène fit scandale. Pourquoi – quel que soit le contexte religieux et idéologique, et même lorsque la croyance en l’âme est imprécise – le corps sans vie est-il considéré, en tous lieux et à toutes époques, comme important? Comment la persistance de l’être se substitue-t-elle au cadavre ? Les vivants ont bien plus besoin des morts que l’inverse, et les morts sont à l’origine de mondes sociaux.
Mobilisant poésie et peinture, architecture et médecine, statuaire et géographie, littérature et théologie, ce grand livre délimite les manières dont les morts ont façonné le monde moderne, malgré le désenchantement supposé de notre ère.
Trois questions le structurent. «Où sont géographiquement les morts ?» Laqueur décrit la naissance, au Moyen Âge, du lieu de repos dominant des morts – l’enclos paroissial – et expose les motifs pour lesquels, aux XVIIIe et XIXe siècles, il fut largement supplanté par le cimetière moderne. «Qui sont les morts ?» explicite les raisons qui ont rendu insupportable l’inhumation anonyme et conduit, depuis le XIXe siècle et à une échelle sans précédent, à réunir les noms des défunts sur de longues listes et des monuments commémoratifs. «Que sont les morts ?» éclaire l’échec de la crémation : cette technique sophistiquée – la transformation du corps en matière inorganique –, commencée comme une fantaisie moderniste visant à dépouiller la mort de son histoire, est venue buter sur l’inacceptable anonymat des cendres du Génocide.
L’originalité foncière de Laqueur est de révéler les manières dont les morts font la civilisation à grande échelle comme au niveau intime, en tous lieux et en tous temps ; leur poids historique, philosophique et anthropologique est immense et presque sans limite ni comparaison.

Le travail des morts. Une histoire culturelle des dépouilles mortelles. Traduit de l’anglais par Hélène Borrarzt.
Paris, Gallimard, coll. « NRF Essais », 2018. 928 p. + 16 p. hors texte, 96 ill. ISBN :  9782070178469. 

> Présentation sur le site de l’éditeur

> Présentation de la version anglaise sur le site de Princeton University Press

Parution : A. Beyneix, L’enfant et la mort dans l’Occident néolithique

Dans ce livre, Alain Beyneix pose son regard sur les tombes d’enfants car les populations agropastorales européennes du VIe au IIe millénaire avant J.-C. ont connu un taux très élevé de mortalité infantile. Près de la moitié des nouveau-nés n’atteignaient pas l’âge adulte ! L’auteur s’est demandé si les enfants précocement décédés avaient vraiment fait l’objet d’indifférence comme on l’a longtemps supposé ou au contraire s’ils avaient bénéficié de soins accrus ? Après enquête, Alain Beyneix juge que par rapport aux adultes, les sépultures d’enfants témoignent du même investissement dans l’appareil funéraire. On remarque que des gestes précautionneux furent souvent apportés par les proches à la sépulture : architecture de la tombe, disposition soignée du corps, dépôt de mobilier parfois abondant et diversifié pouvant afficher la position sociale du jeune défunt jusque dans la mort. Visiblement, les nouveau-nés et les touts petits décédés précocement ne quittaient pas le cadre domestique. Les parents les ensevelissaient à l’intérieur de la maison ou à proximité de l’habitat. Peut être considérait-on alors que le petit enfant n’avait pas encore pris sa place dans le groupe social et qu’il restait dans l’environnement familial ou attaché étroitement à l’univers féminin. Passé le cap de la petite enfance, les jeunes disparus se retrouvent en plus grand nombre parmi les morts adultes. Ils recevaient alors le même traitement que leurs aînés mais en fonction de leur appartenance sociale. C’est ainsi que l’on peut expliquer la pluralité des comportements funéraires à l’égard des enfants : enfants valorisés, enfants relégués, enfants martyrs et victimes de violences interpersonnelles, enfants dépecés et probablement mangés…

Docteur en préhistoire, Alain Beyneix est chercheur associé au CNRS (UMR 7194, Histoire naturelle de l’homme préhistorique). Ses recherches et ses publications portent essentiellement sur les sépultures et les comportements funéraires au Néolithique.

L’enfant et la mort dans l’Occident néolithique, Errance, 2018, 152 p., 25 €. ISBN: 978-2-87772-628-3

> Présentation sur le site de l’éditeur

> Télécharger la présentation

Appel à communication – Rencontre autour des typochronologies : avancées de la recherche autour des pratiques de l’inhumation depuis la Préhistoire, de nouvelles données pour de nouveaux référentiels, Tours, juin 2019

Pour sa 11e rencontre, le Groupe d’anthropologie et archéologie funéraire (GAAF) organise à Tours, les 3, 4 et 5 juin 2019 un colloque intitulé :

AUTOUR DES TYPO-CHRONOLOGIES :
avancées de la recherche autour des pratiques de l’inhumation depuis la Préhistoire, de nouvelles données pour de nouveaux référentiels

Celle-ci vise à présenter les avancées des connaissances et les découvertes des deux dernières décennies autour des typo- chronologies des tombes à inhumation ou, plus généralement, des dépôts volontaires de corps non brûlés de la Préhistoire à nos jours : pratiques funéraires inédites, nouvelles datations, nouvelles géographies… In fine, elle a pour objectif la production de nouveaux référentiels dans le domaine : spécificités ou concordances régionales, phénomènes de continuités ou de ruptures perçus dans la longue durée, particularismes associés à certains contextes funéraires…

Les propositions de communications ou de posters sont à adresser avant le 30 novembre 2018 au comité d’organisation à l’adresse rencontre2019(at)gaaf-asso.fr

  1. Pour plus d’informations, voir le site du GAAF et le Carnet de recherches Typo-chronologie des tombes à inhumation

> Télécharger l’appel à communications

 

Transitions funéraires en Occident, 2 : de la cité antique à l’Église médiévale. Rome, Ecole française de Rome, 6-7 septembre 2018

Deuxième rencontre internationale du programme, la table ronde a pour finalité de favoriser des échanges transdisciplinaires sur les régimes funéraires de l’Occident européen entre l’Antiquité et le Haut Moyen Âge.  À partir de synthèses et de cas d’études, la réflexion portera sur les définitions et les modalités de changement de systèmes funéraires, avec un accent particulier sur les structures institutionnelles et sociales de prise en charge de la mort, et sur leurs dimensions  rituelles, topographiques et mémorielles. Dans le sillage des discussions engagées au cours de la première rencontre, elle vise ainsi à poursuivre les réflexions sur la définition et le caractère opératoire de la notion de « transitions funéraires », tout en s’interrogeant de manière plus large sur la périodisation historique.

Organisateurs : N. Laubry et M. Lauwers

Lieu : École française de Rome, piazza Navona, 62, 00187, Roma (salle de conférences).

Contacts : secrant(at)efrome.it ; dirant(at)efrome.it ; michel.lauwers(at)unice.fr

Pour en savoir plus

Illustration : résurrection de Lazare, catacombe de la via Latina, IVe s. p. C.  (cliché : Robert Marcoux)

The Economy of Death in Metropolitan Europe (16th-19th centuries), table ronde internationale, Londres 25 mai 2018

The Economy of Death in Metropolitan Europe (16th-19th centuries): sources, methodologies, and research experiences.

Table ronde internationale organisée par Diego Carnevale (Birkbeck, University of London & Marie Curie Fellow) et Vanessa Harding (Birkbeck, University of London).

25 mai 2018

Birkbeck, University of London

30, Russell Square, London

Room 102 (réservation nécessaire à ce contact)

Programme

10:00 : Accueil des participants

10:30: Diego Carnevale, Vanessa Harding — Introduction

11:00 : Mark Jenner (University of York) — Transient Print and the (Im)prints of Human Transience

11:30 : Jeremy Boulton (Newcastle University) —The economics of failure? Pauper burial in London and Westminster, 1747-1843

12:00 : Discussion

12:30 : Lunch

13:30 : Anne Carol (Aix-Marseille Université) —How much for eternity? Embalming and Economy of Death in France, 19th century

14:00 : Stéphanie Sauget (Université de Tours) — The Parisian coffin market in the 19th century. Sources and actors

14:30 : Discussion

15:00 : Coffee Break

15:30 : Conclusions

> Télécharger le programme

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search