Funerary Landscapes of the Late Antique oecumene, Heidelberg, 30 mai-1er juin

Funerary Landscapes of the Late Antique Oecumene. Contextualizing Epigraphic and Archeological Evidence of Mortuary Practices

Colloque international, 30 mai-1er juin 2019

Funerary practices and epitaphs are a central research eld of Classical Studies. Especially in times of social, political and religious change, evidence from the tombs and their surroundings is a key factor in our understanding of continuity and transformation processes on multiple cultural levels. Late Antiquity was doubtlessly one of such transitional phases. However, research on burial practices and tomb inscriptions of this period is still very uneven. Although hundreds of necropoleis, coemeterial churches and individual tombs are known across the Late Antique World, a holistic documentation including epigraphic, iconographic, spatial and social analysis, as well as anthropological examination and natural scientic data, is mostly lacking. Through this conference we would like to undertake a start to ll some lacunae on Late Antique funerary research. First, we will try to link as many disciplines as possible in order to draw a more complete picture of sepulchral habits of Late Antiquity as it hitherto has been done. Secondly, we intend to give – for the rst time – a Mediterranean-wide overview on Late Antique funerary landscapes, not only examining global trends, but also local and regional habits. Thirdly, we want to illustrate the potential of new contextual approaches; questions on the materiality and design of epitaphs and tombs, their visibility, perception and accessibility will be central guidelines of our conference.


Colloque organisé avec le soutien de la DFG et de la Hochschule für Jüdische Studien de Heidelberg.

Lieu :
Heuscheuer
Große Mantelgasse, 4
69 117 Heidelberg

Contacts :
Stefan Ardeleanu (st.ardeleanu(at)gmail.com)
Jon C. Cubas Díaz (jon.cubas.diaz(at)gmail.com


Légende :Tipasa, enclos funéraire lié á la basilique dite d’évêque Alexandre

Compte Rendu de Th. Laqueur, Le travail des morts. Une histoire culturelle des dépouilles mortelles, Paris, 2018.

PAR GUILLAUME CUCHET

L’histoire de la mort, dont on sait qu’elle fut très largement au départ une invention française, était très à la mode dans les années 1970, où elle apparaissait comme un secteur en pointe de l’histoire dite « des mentalités ». La vogue est retombée assez brutalement vers 1983-1984 mais la recherche s’est poursuivie plus discrètement, en France et à l’étranger, en même temps que les sociétés occidentales entraient, dans ce domaine, dans un cycle de transformations profondes marqué par la diffusion des soins palliatifs, la thanatopraxie, les testaments-obsèques, la crémation, etc. Il semblerait que, depuis quelque temps, l’intérêt pour ces questions se soit réveillé, comme en témoignent la publication puis la traduction en français, chez un éditeur prestigieux, de ce livre dont l’idée remonte, nous dit-on, à 1983, c’est-à-dire à la première vague des travaux sur le sujet.

L’auteur est connu notamment pour ses travaux sur l’histoire culturelle de la sexualité. Il propose ici une somme sur l’histoire des attitudes devant la mort en Europe de l’Ouest et en Amérique du Nord centrée sur le cas anglais, couvrant une période qui va de la fin du XVIIe siècle à nos jours. L’auteur explique avoir renoncé à la perspective d’une histoire intérieure de la mort à la manière de Philippe Ariès pour se concentrer sur le mode de traitement des dépouilles mortelles et leur place dans la culture. L’ouvrage ne manque pas d’intérêt mais – on s’excuse un peu d’avoir à le dire – il souffre de certains défauts de conception assez répandus dans une partie de l’historiographie anglo-saxonne, qui rappellent un peu, mutatis mutandis, ceux de feue l’histoire des mentalités à laquelle Jacques Le Goff avait fait un sort dans un texte célèbre[1] : des longueurs et des répétitions, une périodisation sommaire, un plan parfois surprenant, des thèses noyées dans une érudition gigantesque mais profuse, qui accumule de façon un peu indistincte les cas et les citations sans beaucoup critiquer ses sources, des concepts peu ou trop largement définis (comme ceux d’« enchantement » ou de « désenchantement des morts »), un certain manque de précision du propos (on n’arrive pas, par exemple, à savoir quand et comment exactement la crémation a été légalisée en Grande-Bretagne), des absences étonnantes dans l’analyse (comme tout ce qui concerne la démographie), etc. Tout cela n’empêche pas le livre d’avoir de bons passages et une certaine portée d’ensemble, mais, de toute évidence, ce n’est pas l’opus magnum que mériterait ce troisième âge de l’histoire de la mort (après le temps des pionniers et la phase de discrétion des années 1990-2000).

On ne prétend pas ici résumer un ouvrage de 900 pages qui, même s’il n’est pas très synthétique, aborde un grand nombre d’aspects du sujet.

Une première partie, de type anthropologique, porte sur « Les morts dans la longue durée » et le « travail culturel » dont ils sont à l’origine. L’auteur y aborde notamment la question de la Réforme au XVIe siècle et ce paradoxe (déjà souligné par Ariès) qu’en dépit du fait qu’elle s’est jouée en partie autour de la question des morts (des indulgences, du purgatoire, des conditions du salut), elle n’a pas eu d’impact fort sur le régime funéraire hérité du Moyen Âge. Elle l’a globalement maintenu, comme si sa rupture théologique dans la conception du destin de l’âme des morts avait eu besoin d’être compensée par cette stabilité anthropologique dans le rapport à leur corps, toujours promis, au demeurant, à la résurrection finale, et donc congruente avec l’image du cimetière traditionnel comme lieu du sommeil provisoire des morts.

La deuxième partie du livre est la plus importante. Elle comprend deux chapitres fort intéressants sur « Le cimetière de paroisse et l’ancien régime » et « Le cimetière et le nouveau régime », centrés sur le passage du churchyard traditionnel (célébré par Thomas Gray dans un poème célèbre), rassemblé autour de son église, au cimetière moderne en périphérie d’agglomération, avec sa monumentalité funéraire envahissante, ses logiques de classe, son individualisation des morts, ses deuils individuels et familiaux théâtralisés. Ici le propos bénéficie, par rapport aux années 1980, de l’apport de l’archéologie funéraire médiévale et moderne, notamment sur l’orientation des tombes à l’Est et les logiques de la répartition Nord-Sud de l’espace dans les cimetières :

« Tandis que le cimetière paroissial regroupait ses morts locaux et hiérarchiquement ordonnés en attendant une résurrection commune, le nouveau cimetière abritait quant à lui une société civile ; il représentait un nouveau genre d’espace dans lequel de nouveaux idéaux sociaux, politiques et culturels pouvaient revendiquer une place dans l’histoire et la mémoire. Il s’agissait aussi d’une arène pour les classes sociales. » (p. 419).

Un des aspects les plus neufs du livre, semble-t-il, est ce qu’il dit du rôle du jardin « anglais » du XVIIIe siècle, conçu sur le modèle mythologique de l’Elysée ou de l’Arcadie de Théocrite revisité par les modernes, dans la genèse du cimetière moderne, qu’il a en quelque sorte préparé en lui fournissant son écrin de verdure.

La troisième partie sur « Les noms des morts » et le « nécrominalisme » de l’ère moderne illustre bien une des grandes thèses du livre, à savoir le passage « d’un monde où les corps étaient généralement laissés sans marqueur à celui où l’idée d’un nom désespérément désincarné – ou pire, d’un corps dépourvu de nom – est insoutenable. » (p. 32) Et ce aussi bien pour les morts civils ordinaires que pour les soldats décédés à la guerre, à qui a longtemps été réservée la mort du pauvre. La Guerre de Sécession a marqué, de ce point de vue, une première inflexion (tout comme la guerre franco-allemande de 1870-1871), démesurément amplifiée par la Première Guerre mondiale. Tout le chapitre IX de l’ouvrage est ainsi consacré à cette formidable entreprise de commémoration « des corps sans nom et des noms sans corps » de la Grande Guerre, vue du côté anglais, sans qu’on comprenne très bien (Jay Winter y avait pourtant réfléchi dans un ouvrage marquant [2]) quelles en auront été les conséquences à moyen terme sur les attitudes ordinaires devant la mort.

La quatrième partie sur la crémation contemporaine, très attendue a priori, est peut-être la plus décevante parce que trop exclusivement centrée sur la réinvention occidentale de la pratique dans les années 1870 dans des milieux et un contexte très militants (souvent antichrétiens) qui en ont limité drastiquement la diffusion. C’est là seulement la première phase de cette histoire et la mieux connue, mais elle laisse en blanc toute la suite, c’est-à-dire la montée progressive dans les sociétés occidentales au XXe siècle, à des rythmes très différenciés selon les pays et les milieux, d’un désir de crémation tout à fait nouveau, en rupture avec le règne sans partage de l’inhumation qui y avait prévalu depuis les IIe-IIIe siècles. Il est vrai que, plus généralement, l’ouvrage ne va pas tellement au-delà de l’entre-deux-guerres.

Une des forces du livre était pourtant cette notion de « régime des morts » qu’il utilise, qui permet de rapprocher et de penser ensemble deux périodes de changements considérables dans cette histoire : la naissance du cimetière moderne, au tournant des XVIIIe et XIXe siècles, dans les villes d’abord, puis dans les campagnes, et les bouleversements contemporains, marqués notamment par la montée de la crémation. L’auteur n’est pas très attentif aux transitions entre ces régimes, à leur périodisation, leurs modalités, aux décalages spatiotemporels de ces mutations (entre les villes et les campagnes, ou entre régions), toutes choses qui auraient mérité d’être précisées.

On nous permettra, pour finir, d’exprimer un dernier regret : le fait que l’ouvrage soit centré sur le cas anglais permettait d’espérer y trouver des réponses à certaines questions importantes restées pendantes dans l’historiographie. « C’est d’abord là que le monde que nous avons perdu a commencé à disparaître » écrit l’auteur p. 31. On pourrait en discuter en ce qui concerne la naissance du cimetière moderne, pour laquelle le cas français paraît plus prototypique. Mais c’est plus probable pour le XXe siècle paradoxalement, celui-là même dont l’auteur ne nous dit pas grand-chose. On aurait aimé comprendre, par exemple, pourquoi c’est en Angleterre, avec le célèbre article de Geoffrey Gorer, « Pornography of Death » en 1955 [3], qu’émerge le thème du tabou contemporain de la mort, qui sera au centre de l’historiographie du sujet des années 1970 et qui n’est devenu français que plus tard, avec le célèbre article d’Ariès sur « La mort inversée », paru en 1967 [4]. De même, alors que la crémation moderne a été « inventée » dans les années 1870 à peu près simultanément dans divers pays d’Europe de l’Ouest, en Italie, France, Grande-Bretagne, Autriche, etc., dans une perspective très militante et des milieux étroits dont elle a eu longtemps de la peine à sortir, c’est en Angleterre qu’elle a commencé à se répandre, dès les années 1930 semble-t-il, alors que la France ne lui emboîte le pas que beaucoup plus tard, dans les années 1980 (la barre des 1 % de défunts incinérés en France n’a été franchie qu’en 1980). Même chose pour les soins palliatifs que les premiers militants français de la cause ont ramené d’outre-Manche à la fin des années 1970. Bref, il y a bien une spécificité anglaise de l’histoire de la mort au XXe siècle mais on n’en sait pas beaucoup plus au terme de la lecture de l’ouvrage.

 

Guillaume Cuchet

 

[1] Jacques Le Goff, « Les mentalités. Une histoire ambiguë », Faire de l’histoire, t. 3, Nouveaux objets, sous la direction de Jacques le Goff et Pierre Nora, Paris, Gallimard, coll. Bibliothèque des histoires, 1974, p. 76-94.

[2] Sites of memory. Sites of mourning, Cambridge, Cambridge University Press, 1995.

[3] Article célèbre, paru au départ dans la revue Encounter en octobre 1955 et traduit en plusieurs langues.

[4] « La mort inversée. Le changement des attitudes devant la mort dans les sociétés occidentales », Archives européennes de sociologie, vol. VIII, 1967, p. 169-195, repris dans Essais sur l’histoire de la mort en Occident du Moyen Âge à nos jours, Paris, Le Seuil, 1975, coll. « Points », p. 177-210.

Un siècle de sites funéraires de la Grande guerre

Anette Becker, Stéphane Tison (dir.), Un siècle de sites funéraires de la Grande guerre, Paris, Presses universitaires de Paris Nanterre, 2018. 

Les pertes inouïes de la Grande Guerre ont entraîné la généralisation de pratiques embryonnaires auparavant : individualisation des sépultures, construction de monuments commémoratifs, multiplication des rites. Des chercheurs de nombreux pays étudient les traces de cette rupture majeure, encore largement visible dans les paysages. Tombes, cénotaphes, nécropoles, monuments et mémoriaux en représentent le témoignage matériel et culturel. Anthropologues, historiens, archéologues, spécialistes du tourisme de mémoire, retracent comment a été remémorée ce que l’on croyait être la vision du monde des disparus, du sacrifice au pacifisme. La comparaison internationale et diachronique, de la seconde guerre mondiale au génocide du Rwanda, donne toute leur importance à ces sites, au moment où ceux du front occidental belge et français sont candidats à entrer au patrimoine mondial de l’UNESCO. Ces témoins des consciences traversées par le malheur des guerres sont l’espoir de la
réconciliation humaniste.

498 pages – Format : 15,5 x 24 cm
isbn : 978-2-84016-328-2 

> Voir le livre sur le site de l’éditeur

SOMMAIRE

Préface

L’ensevelissement
Annette Becker

Introduction

Les sites funéraires de la Grande Guerre, une rupture anthropologique et historique
Stéphane Tison

La Grande Guerre, des morts et des cultures funéraires originaires du monde entier

La réforme du droit funéraire et des cimetières comme avant-garde (XIXe siècle)
Gaëlle Clavandier ;
Le siècle des tombes (France – XIXe siècle). Brève histoire d’un paradoxe
Bruno Bertherat ;
Le cimetière allemand de Boult-sur-Suippe (Marne)
FrédéricAdam, Bruno Duchêne, Sandrine Thiol, Philippe Vidal ;
Des familles divisées dans le deuil : laisser les corps dans les cimetières militaires ou demander leur restitution
Béatrix Pau ;
Enterrer les civils en Belgique occupée
Laurence van Ypersele ;
Colonising the Commemorative Landscape: The Villers-Bretonneux Project and Australian Interventions on the Western Front
Bruce Scates ;
Bedford House Cemetery à Ypres –une approche de la diversité ethnique et culturelle
Dominiek Dendooven

Sites funéraires, sites de réflexion
sur la guerre et la paix

In Place of Healing
Jay Winter ;
Les livres d’or des nécropoles françaises des années 1960 à nos jours. Dire, interpréter et interroger la violence de guerre
Stéphane Tison ;
Forensic Science as Right and Ritual in the Recovery of World War I Soldiers from the Mass Graves at Fromelles
Layla Renshaw ;
What Makes the Transition from a War Heritage-Scape to a Memory-Scape for Visitors? The Case of WWI Sites in Flanders (Belgium)
Dominique Vanneste & Céline Neervoort ;
Les musées comme foyer de l’esthétique mémorielle
Philippe Mesnard ;
The Intersectionality of Dark Heritage: Overlapping Histories of Enslavement and Incarceration
Wendy Asquith and Charles Forsdick ;
De l’extermination au classement sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO : les mémoriaux et musées du génocide des Tutsi au Rwanda
Annette Becker

Classer les sites funéraires de la Grande Guerre au patrimoine mondial de l’UNESCO

Un tournant dans l’histoire des rites funéraires : la Valeur universelle exceptionnelle du projet de classement des sites funéraires et mémoriels de la Première Guerre mondiale (Front Ouest) sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO
Élise Julien ;
Texte définissant la valeur universelle exceptionnelle. Du projet de classement des sites funéraires et mémoriels de la Première Guerre mondiale (Front ouest) ; Liste des biens proposés pour inscription au Patrimoine mondial de l’UNESCO ; Notice historique du dossier d’inscription. De la fosse commune à la tombe individuelle : une rupture culturelle et anthropologique majeure ; Description architecturale du dossier d’inscription. Les cimetières militaires : art et architecture ;
Anne Biraben

Liste des membres du Conseil international d’experts scientifiques

Conclusion

Drames humains et réconciliation : une mémoire commune est-elle possible ?
Valérie Rosoux

Spazi collettivi della morte tra Medioevo ed Età contemporanea, Turin, 18 décembre 2018

Troisième et dernier séminaire du groupe de recherches Reliquie religiose, reliquie laiche, resti umani: simboli di identità collettive, strumenti di potere, patrimonio culturale, memoriale e scientifico.

Silvia Cavicchioli
Introduzione ai lavori
Luigi Provero (Università di Torino)
Cimiteri e villaggi nelle campagne del Duecento
Natale Spineto (Università di Torino)
Corpi «come oggetti conservati nei musei». Le Catacombe dei Cappuccini di Palermo
Diego Carnevale (Università degli Studi di Napoli Federico II)
Dentro la città, sotto la città, fuori dalla città. Lo spazio dei morti nella Napoli moderna

Discutants:
Andrea Augenti (Università di Bologna)
Angelo Torre (Università del Piemonte Orientale)

Turin, Palazzo delle ex Vetrerie Berruto
Via Giulia di Barolo, 3/a, 3° piano.
Sala Pellegrino
Biblioteca Erik Peterson
À partir de 14h30

>Présentation du programme de recherches



Reliquie religiose, reliquie laiche, resti umani: simboli di identità collettive; strumenti di potere; patrimonio culturale, memoriale e scientifico

Programme de recherches placé sous la direction de Silvia Cavicchioli (Università di Torino), au sein du dipartimento di Studi Storici de l’Università di Torino.

L’étude des pratiques liées au corps, entendu comme corps mort, et des nombreuses implications qui lui sont liées, continue de susciter l’attention de la part de la communauté scientifique. C’est ce que démontre le débat théorique actuel et les positions antagonistes sur les façons de voir les restes humains dans nos sociétés : leur signification change quand ce sont des communautés religieuses ou des communautés scientifiques qui en parlent, ou encore des anthropologues, des archéologues ou des historiens.

L’objet de l’enquête de ce groupe de recherches sont les reliques et les restes humains (véritables ou présumés) de saints, rois, martyrs, héros, patriotes, hommes illustres, en plus des cadavres anonymes. Il concerne une gamme étendue d’éléments : dépouille mortelle, entière ou partielle, cendres ; ossements, fragments d’ossements, crânes et restes humains en général ; collections anatomiques ou pièces scientifiques ; objets de natures diverses ou reliques par contact (avec les conteneurs, les reliquaires, les supports non conçus comme dispositifs à la fonction exclusive de préserver ou d’exposer des restes mais parties intégrantes de ces derniers). L’ensemble des recherches vise à déchiffrer les cultes et les symboles qu’ils ont générés, les significations qu’ils ont prises, les usages, religieux politiques, mémoriels et scientifiques qui leur ont été attribués aux différentes époques historiques. Des corps saints et royaux aux dépouilles civiles ou aux pièces anatomiques, les restes humains ont en effet revêtu une multiplicité de significations, ont généré des actes de vénération, ont garanti la paix et l’ordre social, ont interféré avec la production et la manipulation du pouvoir, ont catalysé l’attention des médecins et des savants en donnant vie à de nouvelles disciplines – parfois en s’aventurant sur des terrains piégés dans la tentative de dégager les racines de comportements déviants ou d’établir des supériorités raciales.

Le but de cette recherche est donc l’étude des restes humains suivant un ample arc chronologique, afin de mettre en évidence la sédimentation de traditions et d’usages publics dans le temps (outre l’accroissement de la conflictualité relative à leur conservation) : d’objet de culte comme trait partagé du Christianisme à élément de sacralisation et de légitimation de l’autorité dynastique ; de moyen des luttes entre pouvoir religieux et pouvoir civil aux formes d’anti-reliques ; de symboles identitaires pour des minorités religieuses et politiques à instrument de construction d’une religion de la patrie grâce à la vénération des dépouilles civiles et à la sacralisation des reliques laïques ; des pièces déshumanisées des collections scientifiques contemporaines à élément de pointe des politiques de reconnaissance des communautés natives dans tous les continents.

Pour l’università di Torino, le groupe de recherches est composé de : Luca Andante, Maria G. Castello, Paolo Cozzo, Ester de Fort, Mauro Forno, Laura Gaffuri, Claudio Gianotto, Silvano Montaldo, Andrea Nicolotti, Luigi Provero, Natale Spineto.

Chercheurs extérieurs invités : Diego Carnevale (Università di Napoli), Emmanuele d’Antonio (Università di Udine), Francesco Paolo de Ceglia (Università di Bari), Bruno Farinelli (Universiteit Antwerpen), Maria Teresa Milicia (Università di Padova).

Programme du séminaire n°1 (8 mars 2018) Resti umani. Usi pubblici nell’età contemporanea tra politica, religione e scienza

Programme du séminaire n°2 (25 octobre 2018) : Reliquie identitarie. Tra sacralità, usi politici, esigenze normative

Contact : Silvia Cavicchioli

Parution : Th. Laqueur, Le travail des morts. Une histoire culturelle des dépouilles mortelles

Voilà presque 2 500 ans, Diogène demandait à ses disciples qu’à sa mort ils jettent son corps par-dessus le mur, où il serait dévoré par des bêtes sauvages. Quelle importance puisqu’il aurait quitté ce monde? Pourtant Diogène fit scandale. Pourquoi – quel que soit le contexte religieux et idéologique, et même lorsque la croyance en l’âme est imprécise – le corps sans vie est-il considéré, en tous lieux et à toutes époques, comme important? Comment la persistance de l’être se substitue-t-elle au cadavre ? Les vivants ont bien plus besoin des morts que l’inverse, et les morts sont à l’origine de mondes sociaux.
Mobilisant poésie et peinture, architecture et médecine, statuaire et géographie, littérature et théologie, ce grand livre délimite les manières dont les morts ont façonné le monde moderne, malgré le désenchantement supposé de notre ère.
Trois questions le structurent. «Où sont géographiquement les morts ?» Laqueur décrit la naissance, au Moyen Âge, du lieu de repos dominant des morts – l’enclos paroissial – et expose les motifs pour lesquels, aux XVIIIe et XIXe siècles, il fut largement supplanté par le cimetière moderne. «Qui sont les morts ?» explicite les raisons qui ont rendu insupportable l’inhumation anonyme et conduit, depuis le XIXe siècle et à une échelle sans précédent, à réunir les noms des défunts sur de longues listes et des monuments commémoratifs. «Que sont les morts ?» éclaire l’échec de la crémation : cette technique sophistiquée – la transformation du corps en matière inorganique –, commencée comme une fantaisie moderniste visant à dépouiller la mort de son histoire, est venue buter sur l’inacceptable anonymat des cendres du Génocide.
L’originalité foncière de Laqueur est de révéler les manières dont les morts font la civilisation à grande échelle comme au niveau intime, en tous lieux et en tous temps ; leur poids historique, philosophique et anthropologique est immense et presque sans limite ni comparaison.

Le travail des morts. Une histoire culturelle des dépouilles mortelles. Traduit de l’anglais par Hélène Borrarzt.
Paris, Gallimard, coll. “NRF Essais”, 2018. 928 p. + 16 p. hors texte, 96 ill. ISBN :  9782070178469. 

> Présentation sur le site de l’éditeur

> Présentation de la version anglaise sur le site de Princeton University Press

Parution : A. Beyneix, L’enfant et la mort dans l’Occident néolithique

Dans ce livre, Alain Beyneix pose son regard sur les tombes d’enfants car les populations agropastorales européennes du VIe au IIe millénaire avant J.-C. ont connu un taux très élevé de mortalité infantile. Près de la moitié des nouveau-nés n’atteignaient pas l’âge adulte ! L’auteur s’est demandé si les enfants précocement décédés avaient vraiment fait l’objet d’indifférence comme on l’a longtemps supposé ou au contraire s’ils avaient bénéficié de soins accrus ? Après enquête, Alain Beyneix juge que par rapport aux adultes, les sépultures d’enfants témoignent du même investissement dans l’appareil funéraire. On remarque que des gestes précautionneux furent souvent apportés par les proches à la sépulture : architecture de la tombe, disposition soignée du corps, dépôt de mobilier parfois abondant et diversifié pouvant afficher la position sociale du jeune défunt jusque dans la mort. Visiblement, les nouveau-nés et les touts petits décédés précocement ne quittaient pas le cadre domestique. Les parents les ensevelissaient à l’intérieur de la maison ou à proximité de l’habitat. Peut être considérait-on alors que le petit enfant n’avait pas encore pris sa place dans le groupe social et qu’il restait dans l’environnement familial ou attaché étroitement à l’univers féminin. Passé le cap de la petite enfance, les jeunes disparus se retrouvent en plus grand nombre parmi les morts adultes. Ils recevaient alors le même traitement que leurs aînés mais en fonction de leur appartenance sociale. C’est ainsi que l’on peut expliquer la pluralité des comportements funéraires à l’égard des enfants : enfants valorisés, enfants relégués, enfants martyrs et victimes de violences interpersonnelles, enfants dépecés et probablement mangés…

Docteur en préhistoire, Alain Beyneix est chercheur associé au CNRS (UMR 7194, Histoire naturelle de l’homme préhistorique). Ses recherches et ses publications portent essentiellement sur les sépultures et les comportements funéraires au Néolithique.

L’enfant et la mort dans l’Occident néolithique, Errance, 2018, 152 p., 25 €. ISBN: 978-2-87772-628-3

> Présentation sur le site de l’éditeur

> Télécharger la présentation

Appel à communication – Rencontre autour des typochronologies : avancées de la recherche autour des pratiques de l’inhumation depuis la Préhistoire, de nouvelles données pour de nouveaux référentiels, Tours, juin 2019

Pour sa 11e rencontre, le Groupe d’anthropologie et archéologie funéraire (GAAF) organise à Tours, les 3, 4 et 5 juin 2019 un colloque intitulé :

AUTOUR DES TYPO-CHRONOLOGIES :
avancées de la recherche autour des pratiques de l’inhumation depuis la Préhistoire, de nouvelles données pour de nouveaux référentiels

Celle-ci vise à présenter les avancées des connaissances et les découvertes des deux dernières décennies autour des typo- chronologies des tombes à inhumation ou, plus généralement, des dépôts volontaires de corps non brûlés de la Préhistoire à nos jours : pratiques funéraires inédites, nouvelles datations, nouvelles géographies… In fine, elle a pour objectif la production de nouveaux référentiels dans le domaine : spécificités ou concordances régionales, phénomènes de continuités ou de ruptures perçus dans la longue durée, particularismes associés à certains contextes funéraires…

Les propositions de communications ou de posters sont à adresser avant le 30 novembre 2018 au comité d’organisation à l’adresse rencontre2019(at)gaaf-asso.fr

  1. Pour plus d’informations, voir le site du GAAF et le Carnet de recherches Typo-chronologie des tombes à inhumation

> Télécharger l’appel à communications

 

Transitions funéraires en Occident, 2 : de la cité antique à l’Église médiévale. Rome, Ecole française de Rome, 6-7 septembre 2018

Deuxième rencontre internationale du programme, la table ronde a pour finalité de favoriser des échanges transdisciplinaires sur les régimes funéraires de l’Occident européen entre l’Antiquité et le Haut Moyen Âge.  À partir de synthèses et de cas d’études, la réflexion portera sur les définitions et les modalités de changement de systèmes funéraires, avec un accent particulier sur les structures institutionnelles et sociales de prise en charge de la mort, et sur leurs dimensions  rituelles, topographiques et mémorielles. Dans le sillage des discussions engagées au cours de la première rencontre, elle vise ainsi à poursuivre les réflexions sur la définition et le caractère opératoire de la notion de “transitions funéraires”, tout en s’interrogeant de manière plus large sur la périodisation historique.

Organisateurs : N. Laubry et M. Lauwers

Lieu : École française de Rome, piazza Navona, 62, 00187, Roma (salle de conférences).

Contacts : secrant(at)efrome.it ; dirant(at)efrome.it ; michel.lauwers(at)unice.fr

Pour en savoir plus

Illustration : résurrection de Lazare, catacombe de la via Latina, IVe s. p. C.  (cliché : Robert Marcoux)

The Economy of Death in Metropolitan Europe (16th-19th centuries), table ronde internationale, Londres 25 mai 2018

The Economy of Death in Metropolitan Europe (16th-19th centuries): sources, methodologies, and research experiences.

Table ronde internationale organisée par Diego Carnevale (Birkbeck, University of London & Marie Curie Fellow) et Vanessa Harding (Birkbeck, University of London).

25 mai 2018

Birkbeck, University of London

30, Russell Square, London

Room 102 (réservation nécessaire à ce contact)

Programme

10:00 : Accueil des participants

10:30: Diego Carnevale, Vanessa Harding — Introduction

11:00 : Mark Jenner (University of York) — Transient Print and the (Im)prints of Human Transience

11:30 : Jeremy Boulton (Newcastle University) —The economics of failure? Pauper burial in London and Westminster, 1747-1843

12:00 : Discussion

12:30 : Lunch

13:30 : Anne Carol (Aix-Marseille Université) —How much for eternity? Embalming and Economy of Death in France, 19th century

14:00 : Stéphanie Sauget (Université de Tours) — The Parisian coffin market in the 19th century. Sources and actors

14:30 : Discussion

15:00 : Coffee Break

15:30 : Conclusions

> Télécharger le programme

Morts avant de naître : la mort périnatale. Ouvrage dirigé par C. Rollet, G. Clavandier et al.

Morts avant de naître. La mort périnatale

sous la direction de Catherine Rollet, Gaëlle Clavandier, Nathalie Sage Pranchère, Philippe Charrier, Vincent Gourdon.

Tours, Presses Universitaires François Rabelais, 2017 (Perspectives historiques), 444 p. , ISBN 978-2-86906-659-5, 24 €.

Issus d’une fausse couche ou morts au seuil de l’existence, les enfants morts avant de naître ont toujours été placés dans une position ambiguë. Leur présence absente convoque tout à la fois leur famille et la communauté endeuillée, les règles de droits et les usages funéraires, les rituels séculiers et religieux.
Riche des acquis de l’archéologie, de l’histoire, de la démographie et de la sociologie, cet ouvrage sur la mort périnatale donne, à rebours des travaux axés sur la santé publique ou le deuil, la priorité à la gestion des corps, aux modes d’enregistrement et au vécu familial pris dans son acception large, trois dimensions au poids crucial sur le destin de ces fœtus et mort-nés.

> Pour en savoir plus

> Télécharger le bon de commande

Transitions funéraires, XVIII-XXIe siècles, séminaire EHESS

Le séminaire “Croyance et incroyance dans l’Europe de la Révolution et du XIXe siècle” organisé par Philippe Boutry (directeur d’études, professeur à l’université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, Institut universitaire de France) et Guillaume Cuchet (professeur à l’Université Paris-Est Créteil) aura pour thème, pour la seconde année consécutive, les transitions funéraires entre le XVIIIe et le XXIe s.

Séances le 2e, 3e et 4e mardis de chaque mois de 15 à 17 heures, salle Alphonse Dupront, 10 rue Monsieur le Prince,  rez-de-chaussée gauche, à partir du 13 mars 2018.

• Programme des séances :

Mardi 13 mars 2018

Guillaume Cuchet, La transition funéraire : l’enquête du Service national de la pastorale liturgique et sacramentelle (2016). Discutante : Sœur Bénédicte Mariolle

Mardi 20 mars 2018

Philippe Boutry, Donner une sépulture à l’animal : Léon Bloy et le cimetière des chiens d’Asnières (1909)

Mardi 27 mars 2018

Sepideh Parsapajouh (CNRS/CeSor), Le culte des morts dans la culture chiite et ses évolutions contemporaines.

Mardi 10 avril 2018

Philippe Boutry, La mort de Rachel (3 janvier 1858)

Mardi 15 mai 2018

Danièle Hervieu-Léger (EHESS), Le traitement des cendres: enjeux, débats, pratiques.

Mardi 22 mai 2018

Ségolène de Dainville – Barbiche (Archives nationales), L’accompagnement spirituel des condamnés à mort à Paris en 1793-1794: les aumôniers de la guillotine, légende et réalité

Mardi 29 mai 2018

Philippe Boutry, « Que je t’aime, que je t’aime ! » Les funérailles de Johnny à La Madeleine (9 décembre 2017). Discutant :  Florian Michel (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Mardi 12 juin 2018

Guillaume Cuchet, Vatican II et l’aggiornamento problématique des indulgences.

Mardi 19 juin 2018

François Trémolières (Rennes 2), La mort dans le Récit d’une sœur de Pauline Craven.

Renseignements : Mme Caroline Baros, CéSOR / EHESS, 10 rue Monsieur le Prince, 75006 Paris, rez-de-chaussée gauche, téléphone : 01.53105430. Courrier électronique : caroline.baros@ehess.fr

> Télécharger le programme complet

Que faire de nos morts ? Les cimetières

Dans le cadre du cycle d’émissions programmées dans la Fabrique de l’histoire intitulé “Que faire de nos morts ?” (4-7 décembre 2017) et animé par et A. Kien :

1. L’art et la mort, une histoire de sensibilités, avec St. Sauget (université de Tours) et P. Dubus (université de Paris 1 Panthéon la Sorbonne).

2. “Nous soignons nos morts”, documentaire

3. Les règles du deuil, avec St. Audouin-Rouzeau (EHESS) et A. Carol (Université Aix-Marseille).

4. Les cimetières, avec G. Cuchet, M. Lauwers et C. Treffort (université de Poitiers) sur les usages, les règlements et l’architecture des cimetières de l’époque médiévale à l’époque contemporaine.

Réécouter l’émission :

Soutenance d’habilitation de Gaëlle Clavandier

Gaëlle Clavandier, maîtresse de conférences en sociologie (Université de Saint-Étienne, Centre Max Weber, UMR 5283)

soutiendra son habilitation à diriger des recherches le 12 octobre 2017, à partir de 14h, université de Lyon 2 (site des Berges du Rhône), devant un jury composé de :

Jean-Hugues Déchaux (PR Université Lyon 2, CMW, garant)
Dominique Memmi (DR CNRS, CRESPPA)
Elisabeth Anstett (DR CNRS, IRIS)
Michel Castra (PR Université Lille 3, CeRIES)
Katherine Hoffman (PR University Northwestern)
Baptiste Coulmont (MCF HDR Université Paris 8, CRESPPA)

Le dossier comporte un mémoire inédit intitulé :

Principe de sépulture et statut de personne.
Le sort des fœtus et mort-nés.

> Télécharger le résumé (français et anglais)

 

Transitions funéraires en Occident : Bilan de la rencontre inaugurale (Créteil, 22-23 juin 2017)

Un bilan des discussions de la Rencontre internationale inaugurale du programme qui s’est déroulée à l’Université Paris-Est Créteil les 22 et 23 juin 2017 est désormais disponible. Cette synthèse résume les échanges des participants lors de la Table-ronde conclusive et elle fixe le cadre et les orientations des recherches et des rencontres futures.

> Lire le bilan

> Programme de la rencontre et résumés des communications