Reliquie religiose, reliquie laiche, resti umani: simboli di identità collettive; strumenti di potere; patrimonio culturale, memoriale e scientifico

Programme de recherches placé sous la direction de Silvia Cavicchioli (Università di Torino), au sein du dipartimento di Studi Storici de l’Università di Torino.

L’étude des pratiques liées au corps, entendu comme corps mort, et des nombreuses implications qui lui sont liées, continue de susciter l’attention de la part de la communauté scientifique. C’est ce que démontre le débat théorique actuel et les positions antagonistes sur les façons de voir les restes humains dans nos sociétés : leur signification change quand ce sont des communautés religieuses ou des communautés scientifiques qui en parlent, ou encore des anthropologues, des archéologues ou des historiens.

L’objet de l’enquête de ce groupe de recherches sont les reliques et les restes humains (véritables ou présumés) de saints, rois, martyrs, héros, patriotes, hommes illustres, en plus des cadavres anonymes. Il concerne une gamme étendue d’éléments : dépouille mortelle, entière ou partielle, cendres ; ossements, fragments d’ossements, crânes et restes humains en général ; collections anatomiques ou pièces scientifiques ; objets de natures diverses ou reliques par contact (avec les conteneurs, les reliquaires, les supports non conçus comme dispositifs à la fonction exclusive de préserver ou d’exposer des restes mais parties intégrantes de ces derniers). L’ensemble des recherches vise à déchiffrer les cultes et les symboles qu’ils ont générés, les significations qu’ils ont prises, les usages, religieux politiques, mémoriels et scientifiques qui leur ont été attribués aux différentes époques historiques. Des corps saints et royaux aux dépouilles civiles ou aux pièces anatomiques, les restes humains ont en effet revêtu une multiplicité de significations, ont généré des actes de vénération, ont garanti la paix et l’ordre social, ont interféré avec la production et la manipulation du pouvoir, ont catalysé l’attention des médecins et des savants en donnant vie à de nouvelles disciplines – parfois en s’aventurant sur des terrains piégés dans la tentative de dégager les racines de comportements déviants ou d’établir des supériorités raciales.

Le but de cette recherche est donc l’étude des restes humains suivant un ample arc chronologique, afin de mettre en évidence la sédimentation de traditions et d’usages publics dans le temps (outre l’accroissement de la conflictualité relative à leur conservation) : d’objet de culte comme trait partagé du Christianisme à élément de sacralisation et de légitimation de l’autorité dynastique ; de moyen des luttes entre pouvoir religieux et pouvoir civil aux formes d’anti-reliques ; de symboles identitaires pour des minorités religieuses et politiques à instrument de construction d’une religion de la patrie grâce à la vénération des dépouilles civiles et à la sacralisation des reliques laïques ; des pièces déshumanisées des collections scientifiques contemporaines à élément de pointe des politiques de reconnaissance des communautés natives dans tous les continents.

Pour l’università di Torino, le groupe de recherches est composé de : Luca Andante, Maria G. Castello, Paolo Cozzo, Ester de Fort, Mauro Forno, Laura Gaffuri, Claudio Gianotto, Silvano Montaldo, Andrea Nicolotti, Luigi Provero, Natale Spineto.

Chercheurs extérieurs invités : Diego Carnevale (Università di Napoli), Emmanuele d’Antonio (Università di Udine), Francesco Paolo de Ceglia (Università di Bari), Bruno Farinelli (Universiteit Antwerpen), Maria Teresa Milicia (Università di Padova).

Programme du séminaire n°1 (8 mars 2018) Resti umani. Usi pubblici nell’età contemporanea tra politica, religione e scienza

Programme du séminaire n°2 (25 octobre 2018) : Reliquie identitarie. Tra sacralità, usi politici, esigenze normative

Contact : Silvia Cavicchioli

Parution : Th. Laqueur, Le travail des morts. Une histoire culturelle des dépouilles mortelles

Voilà presque 2 500 ans, Diogène demandait à ses disciples qu’à sa mort ils jettent son corps par-dessus le mur, où il serait dévoré par des bêtes sauvages. Quelle importance puisqu’il aurait quitté ce monde? Pourtant Diogène fit scandale. Pourquoi – quel que soit le contexte religieux et idéologique, et même lorsque la croyance en l’âme est imprécise – le corps sans vie est-il considéré, en tous lieux et à toutes époques, comme important? Comment la persistance de l’être se substitue-t-elle au cadavre ? Les vivants ont bien plus besoin des morts que l’inverse, et les morts sont à l’origine de mondes sociaux.
Mobilisant poésie et peinture, architecture et médecine, statuaire et géographie, littérature et théologie, ce grand livre délimite les manières dont les morts ont façonné le monde moderne, malgré le désenchantement supposé de notre ère.
Trois questions le structurent. «Où sont géographiquement les morts ?» Laqueur décrit la naissance, au Moyen Âge, du lieu de repos dominant des morts – l’enclos paroissial – et expose les motifs pour lesquels, aux XVIIIe et XIXe siècles, il fut largement supplanté par le cimetière moderne. «Qui sont les morts ?» explicite les raisons qui ont rendu insupportable l’inhumation anonyme et conduit, depuis le XIXe siècle et à une échelle sans précédent, à réunir les noms des défunts sur de longues listes et des monuments commémoratifs. «Que sont les morts ?» éclaire l’échec de la crémation : cette technique sophistiquée – la transformation du corps en matière inorganique –, commencée comme une fantaisie moderniste visant à dépouiller la mort de son histoire, est venue buter sur l’inacceptable anonymat des cendres du Génocide.
L’originalité foncière de Laqueur est de révéler les manières dont les morts font la civilisation à grande échelle comme au niveau intime, en tous lieux et en tous temps ; leur poids historique, philosophique et anthropologique est immense et presque sans limite ni comparaison.

Le travail des morts. Une histoire culturelle des dépouilles mortelles. Traduit de l’anglais par Hélène Borrarzt.
Paris, Gallimard, coll. « NRF Essais », 2018. 928 p. + 16 p. hors texte, 96 ill. ISBN :  9782070178469. 

> Présentation sur le site de l’éditeur

> Présentation de la version anglaise sur le site de Princeton University Press

Parution : A. Beyneix, L’enfant et la mort dans l’Occident néolithique

Dans ce livre, Alain Beyneix pose son regard sur les tombes d’enfants car les populations agropastorales européennes du VIe au IIe millénaire avant J.-C. ont connu un taux très élevé de mortalité infantile. Près de la moitié des nouveau-nés n’atteignaient pas l’âge adulte ! L’auteur s’est demandé si les enfants précocement décédés avaient vraiment fait l’objet d’indifférence comme on l’a longtemps supposé ou au contraire s’ils avaient bénéficié de soins accrus ? Après enquête, Alain Beyneix juge que par rapport aux adultes, les sépultures d’enfants témoignent du même investissement dans l’appareil funéraire. On remarque que des gestes précautionneux furent souvent apportés par les proches à la sépulture : architecture de la tombe, disposition soignée du corps, dépôt de mobilier parfois abondant et diversifié pouvant afficher la position sociale du jeune défunt jusque dans la mort. Visiblement, les nouveau-nés et les touts petits décédés précocement ne quittaient pas le cadre domestique. Les parents les ensevelissaient à l’intérieur de la maison ou à proximité de l’habitat. Peut être considérait-on alors que le petit enfant n’avait pas encore pris sa place dans le groupe social et qu’il restait dans l’environnement familial ou attaché étroitement à l’univers féminin. Passé le cap de la petite enfance, les jeunes disparus se retrouvent en plus grand nombre parmi les morts adultes. Ils recevaient alors le même traitement que leurs aînés mais en fonction de leur appartenance sociale. C’est ainsi que l’on peut expliquer la pluralité des comportements funéraires à l’égard des enfants : enfants valorisés, enfants relégués, enfants martyrs et victimes de violences interpersonnelles, enfants dépecés et probablement mangés…

Docteur en préhistoire, Alain Beyneix est chercheur associé au CNRS (UMR 7194, Histoire naturelle de l’homme préhistorique). Ses recherches et ses publications portent essentiellement sur les sépultures et les comportements funéraires au Néolithique.

L’enfant et la mort dans l’Occident néolithique, Errance, 2018, 152 p., 25 €. ISBN: 978-2-87772-628-3

> Présentation sur le site de l’éditeur

> Télécharger la présentation

Appel à communication – Rencontre autour des typochronologies : avancées de la recherche autour des pratiques de l’inhumation depuis la Préhistoire, de nouvelles données pour de nouveaux référentiels, Tours, juin 2019

Pour sa 11e rencontre, le Groupe d’anthropologie et archéologie funéraire (GAAF) organise à Tours, les 3, 4 et 5 juin 2019 un colloque intitulé :

AUTOUR DES TYPO-CHRONOLOGIES :
avancées de la recherche autour des pratiques de l’inhumation depuis la Préhistoire, de nouvelles données pour de nouveaux référentiels

Celle-ci vise à présenter les avancées des connaissances et les découvertes des deux dernières décennies autour des typo- chronologies des tombes à inhumation ou, plus généralement, des dépôts volontaires de corps non brûlés de la Préhistoire à nos jours : pratiques funéraires inédites, nouvelles datations, nouvelles géographies… In fine, elle a pour objectif la production de nouveaux référentiels dans le domaine : spécificités ou concordances régionales, phénomènes de continuités ou de ruptures perçus dans la longue durée, particularismes associés à certains contextes funéraires…

Les propositions de communications ou de posters sont à adresser avant le 30 novembre 2018 au comité d’organisation à l’adresse rencontre2019(at)gaaf-asso.fr

  1. Pour plus d’informations, voir le site du GAAF et le Carnet de recherches Typo-chronologie des tombes à inhumation

> Télécharger l’appel à communications

 

Transitions funéraires en Occident, 2 : de la cité antique à l’Église médiévale. Rome, Ecole française de Rome, 6-7 septembre 2018

Deuxième rencontre internationale du programme, la table ronde a pour finalité de favoriser des échanges transdisciplinaires sur les régimes funéraires de l’Occident européen entre l’Antiquité et le Haut Moyen Âge.  À partir de synthèses et de cas d’études, la réflexion portera sur les définitions et les modalités de changement de systèmes funéraires, avec un accent particulier sur les structures institutionnelles et sociales de prise en charge de la mort, et sur leurs dimensions  rituelles, topographiques et mémorielles. Dans le sillage des discussions engagées au cours de la première rencontre, elle vise ainsi à poursuivre les réflexions sur la définition et le caractère opératoire de la notion de « transitions funéraires », tout en s’interrogeant de manière plus large sur la périodisation historique.

Organisateurs : N. Laubry et M. Lauwers

Lieu : École française de Rome, piazza Navona, 62, 00187, Roma (salle de conférences).

Contacts : secrant(at)efrome.it ; dirant(at)efrome.it ; michel.lauwers(at)unice.fr

Pour en savoir plus

Illustration : résurrection de Lazare, catacombe de la via Latina, IVe s. p. C.  (cliché : Robert Marcoux)

The Economy of Death in Metropolitan Europe (16th-19th centuries), table ronde internationale, Londres 25 mai 2018

The Economy of Death in Metropolitan Europe (16th-19th centuries): sources, methodologies, and research experiences.

Table ronde internationale organisée par Diego Carnevale (Birkbeck, University of London & Marie Curie Fellow) et Vanessa Harding (Birkbeck, University of London).

25 mai 2018

Birkbeck, University of London

30, Russell Square, London

Room 102 (réservation nécessaire à ce contact)

Programme

10:00 : Accueil des participants

10:30: Diego Carnevale, Vanessa Harding — Introduction

11:00 : Mark Jenner (University of York) — Transient Print and the (Im)prints of Human Transience

11:30 : Jeremy Boulton (Newcastle University) —The economics of failure? Pauper burial in London and Westminster, 1747-1843

12:00 : Discussion

12:30 : Lunch

13:30 : Anne Carol (Aix-Marseille Université) —How much for eternity? Embalming and Economy of Death in France, 19th century

14:00 : Stéphanie Sauget (Université de Tours) — The Parisian coffin market in the 19th century. Sources and actors

14:30 : Discussion

15:00 : Coffee Break

15:30 : Conclusions

> Télécharger le programme

Morts avant de naître : la mort périnatale. Ouvrage dirigé par C. Rollet, G. Clavandier et al.

Morts avant de naître. La mort périnatale

sous la direction de Catherine Rollet, Gaëlle Clavandier, Nathalie Sage Pranchère, Philippe Charrier, Vincent Gourdon.

Tours, Presses Universitaires François Rabelais, 2017 (Perspectives historiques), 444 p. , ISBN 978-2-86906-659-5, 24 €.

Issus d’une fausse couche ou morts au seuil de l’existence, les enfants morts avant de naître ont toujours été placés dans une position ambiguë. Leur présence absente convoque tout à la fois leur famille et la communauté endeuillée, les règles de droits et les usages funéraires, les rituels séculiers et religieux.
Riche des acquis de l’archéologie, de l’histoire, de la démographie et de la sociologie, cet ouvrage sur la mort périnatale donne, à rebours des travaux axés sur la santé publique ou le deuil, la priorité à la gestion des corps, aux modes d’enregistrement et au vécu familial pris dans son acception large, trois dimensions au poids crucial sur le destin de ces fœtus et mort-nés.

> Pour en savoir plus

> Télécharger le bon de commande

Transitions funéraires, XVIII-XXIe siècles, séminaire EHESS

Le séminaire « Croyance et incroyance dans l’Europe de la Révolution et du XIXe siècle » organisé par Philippe Boutry (directeur d’études, professeur à l’université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, Institut universitaire de France) et Guillaume Cuchet (professeur à l’Université Paris-Est Créteil) aura pour thème, pour la seconde année consécutive, les transitions funéraires entre le XVIIIe et le XXIe s.

Séances le 2e, 3e et 4e mardis de chaque mois de 15 à 17 heures, salle Alphonse Dupront, 10 rue Monsieur le Prince,  rez-de-chaussée gauche, à partir du 13 mars 2018.

• Programme des séances :

Mardi 13 mars 2018

Guillaume Cuchet, La transition funéraire : l’enquête du Service national de la pastorale liturgique et sacramentelle (2016). Discutante : Sœur Bénédicte Mariolle

Mardi 20 mars 2018

Philippe Boutry, Donner une sépulture à l’animal : Léon Bloy et le cimetière des chiens d’Asnières (1909)

Mardi 27 mars 2018

Sepideh Parsapajouh (CNRS/CeSor), Le culte des morts dans la culture chiite et ses évolutions contemporaines.

Mardi 10 avril 2018

Philippe Boutry, La mort de Rachel (3 janvier 1858)

Mardi 15 mai 2018

Danièle Hervieu-Léger (EHESS), Le traitement des cendres: enjeux, débats, pratiques.

Mardi 22 mai 2018

Ségolène de Dainville – Barbiche (Archives nationales), L’accompagnement spirituel des condamnés à mort à Paris en 1793-1794: les aumôniers de la guillotine, légende et réalité

Mardi 29 mai 2018

Philippe Boutry, « Que je t’aime, que je t’aime ! » Les funérailles de Johnny à La Madeleine (9 décembre 2017). Discutant :  Florian Michel (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Mardi 12 juin 2018

Guillaume Cuchet, Vatican II et l’aggiornamento problématique des indulgences.

Mardi 19 juin 2018

François Trémolières (Rennes 2), La mort dans le Récit d’une sœur de Pauline Craven.

Renseignements : Mme Caroline Baros, CéSOR / EHESS, 10 rue Monsieur le Prince, 75006 Paris, rez-de-chaussée gauche, téléphone : 01.53105430. Courrier électronique : caroline.baros@ehess.fr

> Télécharger le programme complet

Que faire de nos morts ? Les cimetières

Dans le cadre du cycle d’émissions programmées dans la Fabrique de l’histoire intitulé « Que faire de nos morts ? » (4-7 décembre 2017) et animé par et A. Kien :

1. L’art et la mort, une histoire de sensibilités, avec St. Sauget (université de Tours) et P. Dubus (université de Paris 1 Panthéon la Sorbonne).

2. « Nous soignons nos morts », documentaire

3. Les règles du deuil, avec St. Audouin-Rouzeau (EHESS) et A. Carol (Université Aix-Marseille).

4. Les cimetières, avec G. Cuchet, M. Lauwers et C. Treffort (université de Poitiers) sur les usages, les règlements et l’architecture des cimetières de l’époque médiévale à l’époque contemporaine.

Réécouter l’émission :

Soutenance d’habilitation de Gaëlle Clavandier

Gaëlle Clavandier, maîtresse de conférences en sociologie (Université de Saint-Étienne, Centre Max Weber, UMR 5283)

soutiendra son habilitation à diriger des recherches le 12 octobre 2017, à partir de 14h, université de Lyon 2 (site des Berges du Rhône), devant un jury composé de :

Jean-Hugues Déchaux (PR Université Lyon 2, CMW, garant)
Dominique Memmi (DR CNRS, CRESPPA)
Elisabeth Anstett (DR CNRS, IRIS)
Michel Castra (PR Université Lille 3, CeRIES)
Katherine Hoffman (PR University Northwestern)
Baptiste Coulmont (MCF HDR Université Paris 8, CRESPPA)

Le dossier comporte un mémoire inédit intitulé :

Principe de sépulture et statut de personne.
Le sort des fœtus et mort-nés.

> Télécharger le résumé (français et anglais)

 

Transitions funéraires en Occident : Bilan de la rencontre inaugurale (Créteil, 22-23 juin 2017)

Un bilan des discussions de la Rencontre internationale inaugurale du programme qui s’est déroulée à l’Université Paris-Est Créteil les 22 et 23 juin 2017 est désormais disponible. Cette synthèse résume les échanges des participants lors de la Table-ronde conclusive et elle fixe le cadre et les orientations des recherches et des rencontres futures.

> Lire le bilan

> Programme de la rencontre et résumés des communications

« Que vont devenir les cimetières en Normandie, et ailleurs ? », Colloque de Cerisy, dir. J. Brionne, G. Clavandier, Fr. Michaud-Nérard

Centre culturel international de Cérisy, 30 août-2 septembre 2017

Rencontre coorganisée par Gaëlle Clavandier (Université de Saint-Étienne & Centre Max Weber), membre du programme « Transitions funéraires ».

Cimetière de Cerisy-la-Salle

À la suite du colloque « Que vont devenir les églises normandes? » (mai 2015), dont l’objectif était d’organiser un large débat entre les acteurs œuvrant au maintien et la valorisation du patrimoine matériel et immatériel des édifices religieux, cette rencontre ouvrira une discussion avec les personnes intéressées, notamment en Normandie, sur l’évolution des cimetières.

Afin de nourrir les décisions des responsables de la gestion publique, il s’agira de s’interroger sur le rôle et la place des cimetières dans les sociétés d’hier et d’aujourd’hui, d’étudier les pratiques funéraires des diverses religions, mais aussi d’imaginer leur devenir dans un contexte de sécularisation, où l’on constate une évolution du rapport à la mort. Cette évolution se traduit par de nouvelles sensibilités, notamment à l’égard du corps mort, ainsi que par de nouvelles régulations de la part des institutions. Des usages inédits sont apparus, en particulier le recours à la crémation, lesquels ont des conséquences pratiques immédiates sur les modes de recueillement et de manifestation du souvenir.

Le cimetière, sous sa forme moderne, est emblématique de ces transformations. Héritier des valeurs républicaines du XIXe siècle, il est l’un des lieux où s’expriment le plus lisiblement les principes de neutralité et de laïcité. Par ailleurs, au travers des concessions, il traduit l’attachement à la lignée, à la famille, à la dernière demeure. À ce titre, il manifeste parfaitement la tension entre une administration et une privatisation de la mort.

Le cimetière concentre les mémoires d’une commune, d’une communauté villageoise. Qu’il soit proche de l’église ou isolé, il constitue un lieu à forte identité architecturale, patrimoniale, paysagère. La préservation de cet héritage est essentielle car elle permet, certes de façon ténue, d’ancrer le cimetière dans des lieux à forte identité. Articuler cette exigence aux problèmes rencontrés par des élus confrontés à la gestion du site n’est pas évident tant il est difficile de concilier les nécessités de gestion par l’application des textes législatifs et la préservation patrimoniale pour un mieux-être des usagers.

Dans un contexte où le rapport à la mort s’intimise, quel peut être le devenir des cimetières, en Normandie et dans d’autres régions françaises? Ce sont ces enjeux, relativement nouveaux pour certains, dont ce colloque propose de discuter. Pour ce faire, après une nécessaire mise en perspective historique et juridique, il s’attachera surtout, avec l’ensemble des acteurs intéressés par ces questions, à établir, au niveau de la région de Normandie, à l’échelle nationale, mais aussi en débordant les frontières françaises, des jalons permettant de penser, de construire et de gérer les cimetières de demain.

> Télécharger le programme

> Pour en savoir plus

Sepolture di prestigio nel bacino mediterraneo (secoli IV-IX), 28-30 juin 2017

Sepolture di prestigio nel bacino mediterraneo (secoli IV-IX) : definizioni, immagini, utilizzo.

Convegno internazionale di studio, 28-30 juin 2017, Pella (Novara) organisé par P. de Vingo, Y. A. Marano, J. Pinar Gil

 

Accueilli par le Dipartimento di Studi Storici – Università degli Studi di Torino, le colloque a pour finalité de réunir des experts dans le domaine de l’archéologie, de l’histoire et de l’épigraphie afin de définir de nouvelles méthodes et perspectives théoriques dans l’étude de la mort et des sépultures dans les sociétés de la fin de l’Antiquité et du Haut Moyen Âge en Méditerranée et dans les régions voisines, entre le IVe et le IXe siècle. La discussion se concentrera particulièrement sur le concept de « privilège » et sur les moyens de l’auto-représentation dans la sphère funéraire.

> Télécharger le programme

Rencontre inaugurale : Transitions funéraires en Occident, de l’Antiquité à nos jours. Créteil, 22-23 juin 2017

Première rencontre du programme « Transitions funéraires », cette table-ronde internationale est destinée à mettre en place les cadres problématiques et les jalons historiographiques à partir d’interventions de spécialistes de différentes périodes et de différentes disciplines.

Organisateurs : G. Cuchet, N. Laubry, M. Lauwers.

Lieu : UPEC, Créteil, 61 avenue du général de Gaulle (Salle des thèses).

Date : les 22 et 23 juin 2017

Contacts : guillaume.cuchet(at)u-pec.fr ; nicolas.laubry(at)u-pec.fr ; michel.lauwers(at)unice.fr.

En savoir plus

« Transitions funéraires à l’époque contemporaine », séminaire EHESS, Ph. Boutry et G. Cuchet

En lien avec le programme « Transitions funéraires », Guillaume Cuchet (UPEC, CRHEC) organise avec Philippe Boutry (EHESS, CésOr et Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) une série de séminaires à l’EHESS sous le titre « Croyance et incroyance en Europe, de la Révolution à nos jours. Transitions funéraires à l’époque contemporaine ».

• Les séances ont lieu le mardi de 15 h à 17 h (salle Alphonse-Dupront, 10 rue Monsieur-le-Prince 75006 Paris), les 21 et 28 février, 14, 21 et 28 mars, 18 et 25 avril, 9, 16 et 23 mai 2017.

• Prochaines séances :

Mardi 16 mai 2017 : Philippe Boutry, « La mort d’Émile Littré »

Mardi 23 mai 2017 : Guillaume Cuchet, « De l’extrême-onction au sacrement des malades : fin de vie et révolution rituelle conciliaire »

> Consullter le programme complet.