“Que vont devenir les cimetières en Normandie, et ailleurs ?”, Colloque de Cerisy, dir. J. Brionne, G. Clavandier, Fr. Michaud-Nérard

Centre culturel international de Cérisy, 30 août-2 septembre 2017

Rencontre coorganisée par Gaëlle Clavandier (Université de Saint-Étienne & Centre Max Weber), membre du programme “Transitions funéraires”.

Cimetière de Cerisy-la-Salle

À la suite du colloque “Que vont devenir les églises normandes?” (mai 2015), dont l’objectif était d’organiser un large débat entre les acteurs œuvrant au maintien et la valorisation du patrimoine matériel et immatériel des édifices religieux, cette rencontre ouvrira une discussion avec les personnes intéressées, notamment en Normandie, sur l’évolution des cimetières.

Afin de nourrir les décisions des responsables de la gestion publique, il s’agira de s’interroger sur le rôle et la place des cimetières dans les sociétés d’hier et d’aujourd’hui, d’étudier les pratiques funéraires des diverses religions, mais aussi d’imaginer leur devenir dans un contexte de sécularisation, où l’on constate une évolution du rapport à la mort. Cette évolution se traduit par de nouvelles sensibilités, notamment à l’égard du corps mort, ainsi que par de nouvelles régulations de la part des institutions. Des usages inédits sont apparus, en particulier le recours à la crémation, lesquels ont des conséquences pratiques immédiates sur les modes de recueillement et de manifestation du souvenir.

Le cimetière, sous sa forme moderne, est emblématique de ces transformations. Héritier des valeurs républicaines du XIXe siècle, il est l’un des lieux où s’expriment le plus lisiblement les principes de neutralité et de laïcité. Par ailleurs, au travers des concessions, il traduit l’attachement à la lignée, à la famille, à la dernière demeure. À ce titre, il manifeste parfaitement la tension entre une administration et une privatisation de la mort.

Le cimetière concentre les mémoires d’une commune, d’une communauté villageoise. Qu’il soit proche de l’église ou isolé, il constitue un lieu à forte identité architecturale, patrimoniale, paysagère. La préservation de cet héritage est essentielle car elle permet, certes de façon ténue, d’ancrer le cimetière dans des lieux à forte identité. Articuler cette exigence aux problèmes rencontrés par des élus confrontés à la gestion du site n’est pas évident tant il est difficile de concilier les nécessités de gestion par l’application des textes législatifs et la préservation patrimoniale pour un mieux-être des usagers.

Dans un contexte où le rapport à la mort s’intimise, quel peut être le devenir des cimetières, en Normandie et dans d’autres régions françaises? Ce sont ces enjeux, relativement nouveaux pour certains, dont ce colloque propose de discuter. Pour ce faire, après une nécessaire mise en perspective historique et juridique, il s’attachera surtout, avec l’ensemble des acteurs intéressés par ces questions, à établir, au niveau de la région de Normandie, à l’échelle nationale, mais aussi en débordant les frontières françaises, des jalons permettant de penser, de construire et de gérer les cimetières de demain.

> Télécharger le programme

> Pour en savoir plus


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.