Reliquie religiose, reliquie laiche, resti umani: simboli di identità collettive; strumenti di potere; patrimonio culturale, memoriale e scientifico

Programme de recherches placé sous la direction de Silvia Cavicchioli (Università di Torino), au sein du dipartimento di Studi Storici de l’Università di Torino.

L’étude des pratiques liées au corps, entendu comme corps mort, et des nombreuses implications qui lui sont liées, continue de susciter l’attention de la part de la communauté scientifique. C’est ce que démontre le débat théorique actuel et les positions antagonistes sur les façons de voir les restes humains dans nos sociétés : leur signification change quand ce sont des communautés religieuses ou des communautés scientifiques qui en parlent, ou encore des anthropologues, des archéologues ou des historiens.

L’objet de l’enquête de ce groupe de recherches sont les reliques et les restes humains (véritables ou présumés) de saints, rois, martyrs, héros, patriotes, hommes illustres, en plus des cadavres anonymes. Il concerne une gamme étendue d’éléments : dépouille mortelle, entière ou partielle, cendres ; ossements, fragments d’ossements, crânes et restes humains en général ; collections anatomiques ou pièces scientifiques ; objets de natures diverses ou reliques par contact (avec les conteneurs, les reliquaires, les supports non conçus comme dispositifs à la fonction exclusive de préserver ou d’exposer des restes mais parties intégrantes de ces derniers). L’ensemble des recherches vise à déchiffrer les cultes et les symboles qu’ils ont générés, les significations qu’ils ont prises, les usages, religieux politiques, mémoriels et scientifiques qui leur ont été attribués aux différentes époques historiques. Des corps saints et royaux aux dépouilles civiles ou aux pièces anatomiques, les restes humains ont en effet revêtu une multiplicité de significations, ont généré des actes de vénération, ont garanti la paix et l’ordre social, ont interféré avec la production et la manipulation du pouvoir, ont catalysé l’attention des médecins et des savants en donnant vie à de nouvelles disciplines – parfois en s’aventurant sur des terrains piégés dans la tentative de dégager les racines de comportements déviants ou d’établir des supériorités raciales.

Le but de cette recherche est donc l’étude des restes humains suivant un ample arc chronologique, afin de mettre en évidence la sédimentation de traditions et d’usages publics dans le temps (outre l’accroissement de la conflictualité relative à leur conservation) : d’objet de culte comme trait partagé du Christianisme à élément de sacralisation et de légitimation de l’autorité dynastique ; de moyen des luttes entre pouvoir religieux et pouvoir civil aux formes d’anti-reliques ; de symboles identitaires pour des minorités religieuses et politiques à instrument de construction d’une religion de la patrie grâce à la vénération des dépouilles civiles et à la sacralisation des reliques laïques ; des pièces déshumanisées des collections scientifiques contemporaines à élément de pointe des politiques de reconnaissance des communautés natives dans tous les continents.

Pour l’università di Torino, le groupe de recherches est composé de : Luca Andante, Maria G. Castello, Paolo Cozzo, Ester de Fort, Mauro Forno, Laura Gaffuri, Claudio Gianotto, Silvano Montaldo, Andrea Nicolotti, Luigi Provero, Natale Spineto.

Chercheurs extérieurs invités : Diego Carnevale (Università di Napoli), Emmanuele d’Antonio (Università di Udine), Francesco Paolo de Ceglia (Università di Bari), Bruno Farinelli (Universiteit Antwerpen), Maria Teresa Milicia (Università di Padova).

Programme du séminaire n°1 (8 mars 2018) Resti umani. Usi pubblici nell’età contemporanea tra politica, religione e scienza

Programme du séminaire n°2 (25 octobre 2018) : Reliquie identitarie. Tra sacralità, usi politici, esigenze normative

Contact : Silvia Cavicchioli


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.